• Je ne suis pas Charlie…

    Non, je ne suis pas Charlie. Je ne suis pas non plus Ahmed, Frédéric ou Elsa. Evidemment non, puisque je suis Marie-Hélène. Et je ne suis pas vraiment faite dans le même bois que celui des crayons de Cabu, Charb et les autres. Je suis une suiveuse, courageuse mais pas téméraire, au chaud derrière mon écran, là où tout est plus simple en somme.

    Alors non, je ne prendrais pas la plume pour dénoncer ces crétins fanatiques, de toutes les religions et de toutes les doctrines, ces lâches qui ont combattu des crayons avec des kalachnikovs, qui ont fait couler le sang plutôt que l’encre ;

    Non, je ne braverais pas non plus ces tordus assoiffés de pouvoir, de domination, qui au nom d’un dieu tuent des innocents, anéantissent des familles et mettent à genoux l’humanité ;

    une-charlie-hebdo-amour-plus-fort-que-la-haineOui, j’ai peur, peur de prendre le métro, peur de défiler dans les rues, peur que le sang coule encore, peur de la suspicion, de la stigmatisation, de la récupération. Peur que la mobilisation s’essouffle trop vite, peur que la vie reprenne « comme avant », peur que nous soyons encore endormis, peur que ce soit pour du beurre, peur que mes mômes grandissent dans ce monde qui va mal, peur d’avoir perdu mes repères…

    J’ai peur parce que je l’aime moi cette vie. Je l’aime ce pays. Et je crois en lui, en nous. Cette crise que nous traversons, elle ne fait que renforcer mes espoirs. Et je refuse de céder à la facilité en tapant par exemple encore plus fort sur ceux qui nous gouvernent.

    Je suis citoyenne. Je vote. Oui, mais en glissant mon bulletin dans l’urne, je ne remets pas ma vie entre les mains de ces femmes et ces hommes politiques. Je leur confie juste une clé et je garde le double. Et je conserve mon libre-arbitre ! Je reste attentive à ce qu’ils font, j’observe et j’écoute mais surtout, je continue d’agir. Un geste, une action, un investissement au-delà de mon bien-être et de celui des miens, un regard vers l’autre, une main tendue, un accompagnement, un pas vers le « vivre ensemble ».

    hommage-jesuischarlie-charlie-hebdo-6

    Parce que je ne sais pas dessiner, alors je vais continuer à faire ce pas là en direction de la liberté. En tout cas je vais essayer de ne pas confondre, de ne pas m’emporter, de ne pas me tromper de combat, de ne pas entrer dans le jeu de ceux qui veulent nous diviser, quels qu’ils soient. Peut-être que parfois, je ne serai pas à la hauteur, mais je promets d’essayer.

    Et puis, je vais faire aussi ce qui est à ma portée. Je vais témoigner, raconter, expliquer, éduquer.

    Je vais reprendre mes livres d’histoires, je vais relire les philosophes des lumières, et avec mes enfants, nous en parlerons, un peu, beaucoup, de temps en temps, chaque jour ; et nous essayerons d’être de meilleurs humains, d’être des citoyens concernés, à l’écoute, vigilants. Nous tenterons dans tous nos actes collectifs de saupoudrer chaque fois de la liberté, et du respect, et de la tolérance, et de l’amour… Avec mes amis aussi, et mes voisins, et avec toi aussi, oui, avec vous tous…

    Je ne sais pas dessiner, je ne sais qu’écrire et penser. Je crois que finalement, je suis quand même un peu Charlie.

    bandeau-noir-je-suis-charlie

    J’ai écrit ce texte vendredi matin. Depuis, d’autres évènements sont venus faire couler du sang. D’autres familles ont été endeuillées. Les responsables de ces attentats et prises d’otages ont été tués dans leurs affrontements avec les forces de l’ordre. Encore des images violentes, des gens apeurés, des vies volées, des épreuves, des douleurs… Et pourtant, samedi et dimanche, la France était et sera dans la rue. La France mais aussi une partie de l’Europe. Et des représentants du monde entier, dont, fait marquant deux responsables palestinien et israélien. Des gens de toutes les origines, de tous les sexes, de toutes les confessions, de tous les âges, de toutes les nationalités vont se donner la main et se tenir debout pour la liberté.

    Partout je lis et j’entends des « c’est bien malin maintenant qu’ils sont morts« , « et pourquoi tu dis que tu es Charlie, tu l’as jamais lu ce journal« , « et puis demain, dans une semaine ou un mois, tu feras quoi pour la liberté « , « pourquoi t’étais pas là pour les soutenir au moment des caricatures du prophète« , « et depuis quand tu t’abonnes à toutes les pages Facebook des gendarmes et policiers de France« …

    Et bien la liberté c’est aussi ça : se tromper, réfléchir, partager des idées, changer d’avis, évoluer, comprendre, avancer, changer de regard, essayer d’être meilleur, ne pas toujours y arriver, tendre la main, apprendre des différences de l’autre, ne pas avoir peur, vouloir que ça change, espérer et sentir qu’ensemble on est plus fort et vouloir que ça commence là, maintenant, tout de suite.

    Se dire que c’est quand même très con d’avoir attendu tant de temps pour que peut-être…, être triste en regardant pour la centième fois cette photo de Cabu qui sourit, se dire que c’est dégueulasse de faire taire des crayons avec des armes… et puis aller marcher pour se souvenir, pour l’espoir, pour nos enfants, pour être ensemble…

     

    Vivre, ce n’est pas respirer, c’est agir ; c’est faire usage de nos organes, de nos sens, de nos facultés, de toutes les parties de nous-mêmes qui nous donnent le sentiment de notre existence. Rousseau

    Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. Voltaire

     

     A la mémoire de Cabu, Charb, Wolinky, Tignous, Honoré, 
Bernard, 
Moustapha, Michel, Franck, Hamed, Frédéric, Elsa, Clarissa, Yoav, Philippe, Yohan et François-Michel.

    email

2 Responsesso far.

  1. Je suis tellement sur la même longueur d’onde, même si je l’ai exprimé un peu différemment ! Puissions-nous écrire longtemps ce que nous ressentons, en toute liberté, et profiter ainsi de ta jolie plume !

  2. J’ai, pour ma part, beaucoup apprécié ce post et je suis relativement du même avis que vous. Je trouve comme vous que ces meurtres sont affreux et choquants. Je considère qu’il serait l’heure de lutter contre ce type d’ atteintes contre la liberté de blasphémer. Je pense aussi qu’il est nécessaire pour cela de re-trouver et expliquer en quoi Charlie c’est aussi la république. Pour cela avec quelques amis nous avons créé la page https://facebook.com/ledaily.charlie/. L’objectif de la page est de récupérer d’anciennes Unes de Charlie et de les recontextualiser notamment historiquement, pour permettre même aux plus jeunes de comprendre l’évolution de Charlie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *